Un message après les rassemblements du 5 octobre

Nous voulons des coquelicots

Mais quel beau commencement !

Comment vous dire notre joie ? Nous n’y parviendrons pas, car elle est immense. Notre mouvement, votre mouvement, n’existe que depuis trois semaines et a déjà recueilli 270 000 soutiens, dont 260 000 sur internet et une dizaine de milliers sur papier.

Hier 5 octobre, à 18h30, ont eu lieu, selon nos estimations, environ 500 rassemblements en France, dont beaucoup devant les mairies de village. Certains avec six personnes, comme à Bagnères-de-Bigorre, d’autres avec plusieurs centaines de présents, comme à Caen – 300 personnes – ou Vannes, avec 250 dont notre amie la chanteuse Emily Loizeau.

Ce qui frappe à la lecture des 300 messages qui nous sont parvenus, c’est votre enthousiasme. Ce si vaste plaisir d’être ensemble face à une tache qui reste pourtant herculéenne. Nous n’en finirions pas de rapporter tant et tant de témoignages qui nous émeuvent aux larmes. Il est certain que nous avons ensemble gagné notre premier pari : celui de créer une toile indestructible, un rhizome couvrant la France entière qui nous unit jusqu’en octobre 2020.

2020 ? Vous le savez désormais, nous nous retrouverons le premier vendredi de chaque mois, qu’il pleuve ou gèle, ou que la canicule nous foudroie. On a le droit au parasol, aux braseros, aux écharpes et aux maillots de bain. Ce qui va compter plus que tout, c’est notre capacité à durer tout en rassemblant toujours plus de volontés.

Excusez à l’avance, mais le plus dur est devant nous. Mais aussi le plus beau, le plus exaltant. Il s’agit de sortir de nos ghettos respectifs, et de partir à la rencontre de la société, que nous devrons visiter dans le moindre recoin. Il va falloir créer, imaginer des rendez-vous, des événements qui prouveront à tous que nous voulons tous des coquelicots. Vous avez été géniaux, et nous n’en doutions pas. Le 2 novembre, nous serons deux fois plus nombreux, au moins. On va gagner.

Un message de Claire, de Saillans dans la Drôme (1200 habitants), où 28 personnes se sont réunies.

« Une conviction : ce n’est que si CHACUN prend la responsabilité de faire jouer son réseau personnel que nous y arriverons. Nous sommes CHACUN responsable de la réussite ou de l’échec des rassemblements. 
Sur la centaine de personnes que j’ai contactées par mails et messages, près de 30 sont venues. Mais elles ne sont pas venues sans effort de ma part. Je les ai contactées chacune trois fois : une première fois pour donner l’info en début de semaine, une deuxième ce matin pour un petit rappel et une dernière fois deux heures avant.
 Il faut se « mouiller », oser envoyer des mails à des personnes qu’on n’a pas vues depuis longtemps ou dont on n’est pas certain qu’elles soient d’accord avec l’action proposée. Il faut prendre des petits risques d’agacer les personnes peu habituées aux pratiques militantes. Il faut un peu embêter le monde ».

Environ 500 rassemblements ont été enregistrés