Agir ensemble

Amis et visiteurs, attention, ceci n’est pas une pétition. Bien sûr, il vous faut signer cet Appel, mais ce n’est qu’un tout petit début. Car l’Appel des coquelicots engage, vous engage à l’action. Nous rêvons d’un soulèvement pacifique de la société française qui seul permettra enfin de sortir du cauchemar des pesticides.

Il y aura le temps de la mobilisation collective, quand nous serons tous devant notre mairie le 1er vendredi du chaque mois, avec des instruments de musique, des chorales, des verres de vin, de champagne et d’orangeade, des cris d’enfants, des sonnettes de vélos, des tambours et des casseroles.

Et il y aura le temps de l’action plus personnelle… Et vous êtes nombreux à nous demander des idées pour relayer à votre tour l’Appel des coquelicots. Mais avant tout, une précision d’importance : l’appel est un rhizome, sans structure verticale qui dirait quoi faire ou comment faire. Si vous avez une idée, lancez-vous! Sans nous demander notre assentiment. La liberté et l’indépendance guident ce mouvement.

D’autres se sont déjà lancés dans l’aventure, et nous aimerions partager avec vous les petites et grandes idées qu’ils ont mises en œuvre pour donner de la visibilité aux coquelicots et diffuser notre message… au-delà du partage de l’Appel à tout leur carnet d’adresses !

Liste non exhaustive :

  • Cocarder une cuvée de cidre ou une fournée de confitures (ou ce que vous voulez !)
  • Habiller son vélo / sa poussette aux couleurs de l’Appel
  • Accrocher à ses fenêtres des posters de coquelicot (téléchargeables sur le site)
  • Introduire un événement déjà prévu par une présentation publique de l’Appel
  • Projeter un film sur le thème des pesticides / agriculture / agroécologie / etc…
  • Organiser un repas entre voisins pour les convaincre
  • Mobiliser les associations locales, même sans lien avec l’écologie
  • Poser une table sur un marché et aller (gentiment) au contact de gens moins informés que vous sur les dangers des pesticides pour les convaincre.
  • En parler à votre coiffeur, votre dermatologue, votre vétérinaire et au café du coin.

Bref, vous l’avez compris : il faudra aller chercher chaque signature. Des feuilles d’émargement sont disponibles sur le site.

Ne l’oubliez pas, nous avons l’espoir que 5 millions de Français au moins signent – et donc partagent – cette demande inébranlable : nous ne voulons plus de pesticides, nous voulons des coquelicots.